• Accueil
  • > Archives pour janvier 2016

Archive mensuelle de janvier 2016

Anti fuites, Joëlle Milquet choisit Pampers.

La CFWB, cultive l’art de faire les choses à moitié, ce qui constitue, sous la direction éclairée de la ministre actuelle, une assez bonne version pédagogique de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf.

Mme MILQUET vient de marquer, une fois de plus, l’enseignement de son empreinte en proposant de nouvelles procédures pour éviter des fuites au moment de l’organisation des épreuves communes d’évaluation externe organisées dans notre système éducatif depuis quelques années.

On se souviendra que l’origine de toute cette agitation remonte à des ‘fuites’ (?) qui ont (auraient) eu lieu en juin dernier. C’est à dessein que nous recourons à des précautions, non pas oratoires, mais scripturaires parce qu’a bien y réfléchir, on ne sait pas grand-chose de ce dossier.

On aimerait, par exemple, que les journalistes fassent un point précis sur quelques questions intéressantes : combien d’écoles ont été concernées ; les fuites étaient-elles de vraies fuites ou de simples erreurs de manipulation ? Combien d’agents (directions, profs, etc.) ont été soumis à une procédure disciplinaire dans ce contexte et, surtout, combien ont été sanctionnés ?
En l’absence de précisions sur l’impact que ces fuites ont réellement eu, on ne peut s’empêcher de penser que toute cette opération de communication gonfle l’importance, toute relative, de ces épreuves.  On peut admettre qu’elles ne manquent pas d’intérêt pour le pilotage de l’établissement, mais il faut avoir le courage de reconnaître qu’elles ne constituent pas un véritable système commun d’évaluation. Certes, la réussite du CE1D peut influencer le parcours de l’élève, mais cela ne constitue pas un couperet définitif. Quant aux épreuves de 6è secondaire, elles se limitent à deux disciplines : le français et l’histoire … pas de quoi se comparer au baccalauréat français.
La situation est donc paradoxale, en CFWB on évalue mal (parce que la fiabilité des épreuves est contestable et leur construction beaucoup trop empirique pour garantir de la fidélité sur le moyen terme) mais on évalue beaucoup. Par contre, on se garde bien de tirer des conséquences trop radicales de ces évaluations. Quel est, par exemple, l’utilité réelle du CEB avec son taux de réussite supérieur à 95%, sinon vendre de l’illusion que tout le monde peut tout réussir ? En quoi un échec aux deux épreuves obligatoires de fin du secondaire empêchera-t-il vraiment l’étudiant d’obtenir son CESS et d’aller s’inscrire à l’université ? Et, dès lors, pourquoi s’étonner qu’ un système qui ne régule pas par la réussite d’épreuves de sélection (le bac et les concours, pour prendre comme référence le système français), régule par l’échec (au premier degré du secondaire à cause de l’inconsistance du CEB, en première année du secondaire, à cause de CESS attribués de manière indiscriminée.

Les fuites ont fait scandale (en tout cas c’est le message que la Ministre a voulu faire passer). Admettons. Par contre, personne ne semble se soucier des conditions de passation de l’épreuve. Cela a-t-il un sens de retirer aux profs la responsabilité d’élaborer les épreuves, tout en leur laissant la responsabilité de les administrer ? Autrement dit, faut-il jeter l’opprobre sur un préfet qui a donné un corrigé à un prof avant l’heure fatidique alors que personne ne peut empêcher les enseignants d’aider leurs élèves pendant la passation de l’épreuve ? Qu’on ne se méprenne pas, je n’insinue pas que tous les enseignants sont des tricheurs, je dis seulement qu’il n’est pas très utile de barder la porte de rue de verrous quand on laisse la porte du jardin grande ouverte.

Devant autant de questions de simple bon sens qui restent sans réponse, la baudruche du plan Pampers de la lutte contre les fuites, gonflé à l’hélium par notre incontournable ministre amuse peut-être le politique, mais se dégonfle d’une simple piqûre d’épingle. Par contre, comme le soulignait le président d’AIDE, alors que les chefs d’établissement pleurent pour qu’on allège leur charge de travail, Mme Milquet a encore trouvé le moyen de leur compliquer un peu la vie.




Moi, mes idées, mon chemin |
Romeentic.com |
Bingo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | THEDING ENSEMBLE
| amdh meknes
| FUC