• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

Archive mensuelle de janvier 2013

De onwetendheid van toekomstige leraren is antisociaal

Cet article, exprime, avec force, une crainte et un constat alarmants. Condorcet disait qu’il n’y a pas de liberté pour l’ignorant. Mais on ne rappelle pas assez que les élèves ne peuvent pas être formés par  des enseignants incultes. Or, on nous ment en nous faisant croire que la réponse aux défis de demain est dans l’allongement des études alors qu’elle est sans doute bien plus dans la sélection des candidats à l’entrée.

 

DE MORGEN

Geert Van Istendael vindt de onwetendheid van toekomstige leraren, leraressen en kleuterleiders niet alleen antisociaal, maar ook antidemocratisch. Van Istendael is schrijver, dichter, essayist, publicist en vertaler.

  • De school is de enige plek waar kansarme kinderen middelen krijgen om uit de vangarmen van de kansarmoede te ontsnappen

Over de krasse onwetendheid van grote scharen toekomstige Vlaamse leerkrachten zag ik afgelopen dagen in deze krant menig uitmuntend stuk. Ik heb bijvoorbeeld de analyse van onderwijsspecialist Pedro De Bruyckere met stijgende instemming gelezen, o.m. waar hij stelt dat we voor veel van de vaardigheden en houdingen die we in onze samenleving nodig achten juist heel veel kennis nodig hebben.

Ik heb vooral vragen over die kennis. Of liever: over de ruïne van de kennis.

Toen ik in de vijfde klas lager onderwijs zat, konden alle leerlingen de Belgische provincies en hun hoofdsteden foutloos opsommen. Te veel hedendaagse toekomstige leerkrachten kunnen dat niet meer. Het kennispeil is dus alarmerend gezakt, ver onder het niveau van elfjarigen een halve eeuw geleden. Zoiets heet achteruitgang. Waar komt die schrikbarende achteruitgang vandaan?

Van jaren verwaarlozing. Jaren koppige, moedwillige verwaarlozing tegen beter weten in. Uit het hoofd leren? Taboe, want papegaaienwerk. Spraakkunst? Taboe, want niet leuk genoeg. Grote verbanden? Oubollig, want je moet met thema’s en projecten werken. Gevolg: er worden binnenkort volwassenen op de jongeren losgelaten die denken dat de Tweede Wereldoorlog iets van de negentiende eeuw is.

Kun je alles opzoeken? In een mum, in een flits? Jazeker. Op voorwaarde dat je genoeg weet. Vooraf.

Wat we nu zien is het resultaat van de beeldenstorm der pedagogen. Ruïnes. Zoals na elke beeldenstorm. Wat een beeldenstorm is? Zoek het op.

Ik vind dat toekomstige juffen, meesters, leraren, leraressen, en ja, ook kleuterleid(st)ers, de verdomde plicht hebben te weten. Die plicht is democratisch en sociaal gefundeerd.

KANSEN VOOR KANSARMEN
De Vlaamse school munt vandaag niet uit in het dichten van maatschappelijke kloven. Het is ooit anders geweest, bijvoorbeeld in de jaren zestig, die je nu zo vaak hoort verketteren. Het was de tijd van stuwende democratisering in het onderwijs. In mijn retorica waren de eerste, de derde en de vierde van de klas zonen van arbeiders. Vergelijkbare gegevens vond je in honderden retorica’s van België. Al voor de jaren zestig trok de democratisering aan. Een toppoliticus als Wilfried Martens kwam uit een gezin van kleine boeren. Louis Michel? Vader arbeider. De afkomst van Elio Di Rupo is algemeen bekend. Nog vroeger: Gaston Eyskens’ vader was een kleine handelsreiziger. Ik kan die voorbeelden vermenigvuldigen.

Vandaag is de school nog steeds de enige plek waar kansarme kinderen middelen krijgen om uit de vangarmen van de kansarmoede te ontsnappen. Een kansarm kind dat niet behoorlijk leert spellen op school, leert het thuis evenmin. Een kind uit een beter gesitueerd gezin dat dt-fouten maakt, wordt thuis bijgespijkerd en indien niet, dan is ook voor zulke kinderen de school de enige plek waar ze onmisbare kennis opdoen. Leert een kind uit een beter gesitueerd gezin op school nauwelijks Frans? Zijn ouders sturen hun lieveling naar een taalkamp in Frankrijk of Wallonië. Ouders van kansarme kinderen hebben daar geen geld voor. Ze weten vaak niet eens dat dergelijke mogelijkheden bestaan. Ook dat soort voorbeelden kan ik vermenigvuldigen.

Conclusie: Als kansarme kinderen het niet van de juf of van de meester krijgen, krijgen ze het niet.

Daarom hebben toekomstige leerkrachten, van welk soort school dan ook, de verdomde plicht te weten. En de plicht dat weten mee te delen aan al hun leerlingen. Vooral aan de kansarme.

Maar wie niets weet, kan geen weten meedelen.

Daarom is de onwetendheid van toekomstige juffen, meesters, leraren, leraressen en kleuterleid(st)ers antisociaal. Zelfs antidemocratisch.

LEUK, NIET MAKKELIJK
Is al die kennis te moeilijk, te saai, domweg niet leuk?

Integendeel. Weten is wél leuk. Dat is niet hetzelfde als gemakkelijk. Over twee meter springen is ook aartsmoeilijk. Je moet trainen en trainen en trainen. Maar wat een triomf als het lukt!

Zo ook met weten. In vergelijking met sporten als hoogspringen heeft kennis opzuigen één reuzenvoordeel. Na een aantal jaren zal iets als hoogspringen niet meer zo vlot lukken. Weten blijft lukken. Sterker nog, hoe meer je weet, hoe makkelijker je nieuw weten opslorpt. Tot je Alzheimer krijgt natuurlijk, maar in de meeste gevallen ben je dan al met pensioen.

Nee, weten is geen nutteloze versiering. Kennis vergaren is geen dom papegaaienwerk. Kennis is noodzaak. En kennis is plezier. Puur plezier. Je weet niet half wat je mist als je niet weet.

Weten en dat weten meedelen is een onmisbare sociale en democratische opdracht, vandaag meer dan ooit.

Toekomstige juffen, meesters, leraren, leraressen, kleuterleid(st)ers, spuit in grote letters op de muur boven uw bed:

Weten is mijn zoete plicht.

Te oubollig, die kreet?

l’Ombudsman donne raison à la FHE

fichier pdf Commission failed to implement Article 17 in EHF case

Former les maîtres ? Bricolons, bricolons.

Pas de doute, l’imagination est au pouvoir. Tout le monde peut bien entendu s’accorder sur la nécessité de réformer l’enseignement supérieur pédagogique (les bacheliers qui deviennent instituteurs maternels, primaires ou régents). Ce constat mis à part, la réflexion sur  la réforme ressemble beaucoup à un match de catch.

Dans le premier coin, le ministre, qui veut accrocher la plume de la réforme à son chapeau. Son plan (ou plutôt sa note) vient trop tard pour une mise en œuvre sereine à brève échéance. Il n’empêche que 2014 pend au-dessus de nos têtes comme l’épée au-dessus de celle de Damoclès. Deuxième coin, le CDH qui considère que la réforme est impayable, passons à autre chose. Troisième coin, le rassemblement hétéroclite de ceux qui sont contre le projet pour des raisons diverses et variées. L’allongement des études va coûter trop cher aux étudiants et aux familles (pourquoi ne pas, dans ce cas, raccourcir les études d’ingénieur ou de médecin pour rendre plus accessibles aux nécessiteux ?). On va créer une discrimination entre les anciens et les nouveaux (c’est un problème qui a déjà été géré lors du passage de 1 à 2 ans et, plus tard, celui de 2 à 3 ans).  On risque de diluer la formation actuelle. Trois ans suffisent et, en plus, on apprend surtout sur le tas, etc.

Mais, le meilleur coin, le quatrième, est occupé aujourd’hui par Mme Bertieaux et sa position de compromis. La recherche d’un compromis honorable est toujours une tactique payante en politique.  Encore faut-il que les bonnes intentions soient réalisables. C’est là que la proposition de Mme Bertieaux m’inquiète et où je commence à craindre que le remède proposé ne soit pire que le mal.

Si j’en crois Le Soir, Mme Bertieaux veut couper la poire en deux. Au lieu d’un allongement portant les études de 3 à 5 ans, on limiterait cet allongement à une année. La cinquième année serait optionnelle, mènerait au Master et ‘permettrait à l’étudiant-enseignant ou à l’enseignant-étudiant (on ne sait trop) de garder un pied dans l’école’.  Cette proposition, sage en apparence, pose en fait un double problème. D’abord, le passage de 3 à 4 années d’études entraînera, quasi à coup sûr, une dilution des études et non un renforcement de la formation. Ensuite,  la possibilité de ‘garder un pied dans l’école’ est, potentiellement, une source de gros problèmes. Un enseignant, une fois entré en fonction, peut, sans grand problème,  demander à travailler à mi-temps.

Si ce système est assez simple à mettre en œuvre pour le secondaire inférieur, il pose, dans le fondamental une double difficulté. Dans l’enseignement maternel on peut s’en tirer – mais de justesse – par le recours aux créations en cours d’année qui se font souvent par mi-temps. Mais ce système doit rester exceptionnel, particulièrement dans le primaire. Le co-titulariat est rarement pédagogiquement efficient (faute d’organisation structurelle de la coordination, les co-titulaires s’ignorent parfois superbement). De plus le co-titulariat est un casse-tête en matière d’organisation. Quel modèle choisir ? Travailler une semaine sur deux ? Travailler le lundi et le mardi pour l’un, les autres jours pour l’autre ? Et si Paul trouve opportun de demander un mi-temps pour faire son Master, qui me donnera  à moi, pauvre gestionnaire de l’enseignement,  l’assurance de trouver Pierre qui acceptera de ne travailler qu’à mi-temps ou qui se résignera à être aussi le co-titulaire de Jules ?

Alors, permettez-moi, pour conclure, de manifester une certaine mauvaise humeur. L’éducation de nos enfants comporte des enjeux essentiels et il n’y a aucun doute que les choses doivent changer. Mais, nous sommes nombreux – parmi ceux d’entre nous qui exerçons de vraies responsabilités au niveau de la gestion quotidienne de l’enseignement – à en avoir par-dessus  la tête des réformes cosmétiques, menées au pas de charge et dont les slogans sont, le plus souvent ‘Yfaukon’ ou ‘Yaka’. Mme Bertiaux a probablement eu une bonne intention, comme celles dont l’enfer est pavé.  Les directeurs qui travaillent sous mes ordres, les fonctionnaires de mon département et moi voyons, une fois de plus, se profiler à l’horizon une fausse bonne idée qui va nous créer encore un peu plus d’ennuis, sans résoudre les vrais problèmes.

Car, franchement, est-il bien sérieux, pour des formations de futurs enseignants, d’invoquer – entre autres arguments – le fait que l’allongement des études permettra de développer la maîtrise du français ? Depuis quand, la vocation de l’enseignement supérieur est-elle de transformer des demi-analphabètes en professeurs ?  Refuser  l’instauration d’un examen d’entrée dont la maîtrise du français constituerait le critère de sélection principal, ne constitue-t-il pas un scandale majeur ?  Et qui nous donnera la garantie que deux ans d’études supplémentaires bricolées et aux exigences encore un peu plus réduites empêcheront des instituteurs de confondre – dans une leçon préparée – pagode et pirogue ? l

Nominations, mutations, une révision statutaire bien utile.

La presse se fait l’écho pour le moment d’un projet de révision du statut des enseignants. Précisons d’abord – parce que les journalistes ont un peu de mal à gérer la complexité du dossier – que cette réforme ne concerne que le réseau de la CFWB ou comme on dit parfois, ‘l’enseignement organisé’ (par opposition à ‘l’enseignement subventionné’ officiel ou libre).

Les projets de la Ministre – qui en sont, semble-t-il, à leur troisième mouture – arrivent à leur heure. Le statut du personnel  de l’enseignement organisé est le plus ancien et profitera certainement d’une réactualisation.

Plusieurs des objectifs poursuivis paraissent parfaitement honorables. Stabiliser les équipes et réduire les effets pervers des ‘usines à nomination’ sont des stratégies où tout le monde peut se retrouver. Revenir sur les dispositions relatives à l’écartement immédiat d’enseignants qui ne font même pas l’objet de poursuites judiciaires recevra l’approbation de tous les adversaires de cette mesure choquante, prise dans la foulée de l’affaire Dutroux. De même, la prise en compte des articles 20 semble légitime. Dans ce cas spécifique, le statut des ‘articles 20’ se rapprocherait de celui des titres B du subventionnés qui deviennent temporaires prioritaires avec un an de retard sur les ‘titres requis’ et les ‘titres A’.

Par contre la réflexion en cours ne devrait pas nous entraîner trop loin. Il n’y aucune raison, par exemple de tirer argument de la réflexion en cours, pour plaider pour un statut unique. Les réseaux existent et il est donc tout à fait légitime d’avoir des statuts différents d’un réseau à l’autre. Nous ne sommes pas en France avec  son réseau unique (et encore…). On ne voit pas pourquoi les enseignants n’assumeraient pas les raisons de leurs choix.

Après tout, les employés de Belfius et d’ING n’ont pas des statuts totalement équivalents et même les fonctionnaires de Namur et d’Anderlecht ne sont pas traités exactement pareil. Rien ne justifie donc qu’un enseignant de St Stanislas, de l’AR de Bastogne et de l’école communale de Jalhay soient traités sur un strict pied d’égalité et que le plus ancien des trois puisse se prévaloir de cette situation pour exiger d’entrer dans un PO qui ne le connaît pas. Le statut unique, qui semble avoir les faveurs de certains journalistes, se heurte d’ailleurs à l’obligation pour l’agent d’adhérer au projet éducatif du pouvoir organisateur, ce qui limite les possibilités de généralisation.

Mariage pour tous, la France réac se réveille !

Dimanche, la France réac manifestera. La France historique. Celle de Jeanne d’Arc, de Maurras, de Pétain… de Marine Le Pen. Cette France des fusilleurs versaillais, des persécuteurs de Dreyfus, des corbeaux de la deuxième mondiale aussi. Cette France noire, qui à intervalles réguliers parvient à faire oublier que la patrie des droits de l’homme est une république laïque, me rend parfois très fier de vivre dans notre petite monarchie qui a su, en l’espace de 30 ans, dépénaliser l’avortement et l’euthanasie et admettre le mariage homosexuel.

Précisons-le d’emblée, je ne suis pas un partisan du mariage. Comme Brassens, je chante volontiers j’ai l’honneur de ne pas te demander ta main. Je pense aussi que le mariage n’a pas d’autre raison que de régler socialement des questions de patrimoine. La distinction  – aujourd’hui disparue de notre code civil – entre un enfant naturel et un enfant légitime, n’avait pas d’autre objet. Tous les enfants sont, par définition, naturels, en ce compris si leur naissance passe par la fécondation artificielle ou les mères porteuses.

L’argumentation des opposants au mariage pour tous qui ne voient pas de salut en dehors du schéma un père, une mère, un ou des enfants ne résiste pas longtemps à l’examen. Des millions d’enfants n’ont pas grandi dans ce modèle idéal. Ceux placés en nourrice par des parents soucieux de mener une vie mondaine confortable, ceux privés d’un papa parti à la guerre ou marin au long cours, ceux élevés par la mère, la grand-mère, etc. Dans d’autres civilisations, le modèle n’est pas plus présent et, en fin de compte, le triangle père, mère, enfant est moins la condition d’un développement harmonieux de ce dernier qu’un outil de protection de l’ordre moral.

Ce qui m’inquiète le plus dans ce qui se passe en France aujourd’hui c’est cette nouvelle poussée de fièvre de la France réac, mais aussi de la relative impuissance de ce pays à gérer le pluralisme.

La laïcité française paraît, dans des moments comme celui-ci, une notion bien formelle, presque désincarnée. Elle semble en fait bien impuissante pour faire preuve du pragmatisme nécessaire à permettre à la liberté individuelle de s’exprimer dans l’espace social.

Ce samedi soir les journaux télévisés mettent parfaitement ce problème en lumière. RTL et la RTB rendent compte – avec la sobriété qui sied en la circonstance – de l’euthanasie de deux jumeaux de 45 ans, sourds de naissance qui devenaient progressivement aveugles. La loi belge leur aura permis de mettre fin dignement à une existence qui ne leur convenait plus. Qui pourrait les en blâmer ?

Antenne 2 rendait, pour sa part, compte de la participation de trois personnages médiatiques à la manifestation de demain. À côté de Frigide Barjot, grande pècheresse en phase de reconquête d’une place au paradis, on retrouve l’évêque de Bayonne et un général à la retraite, ancien commandant de la région militaire de Paris, merveilleuse illustration de l’alliance entre le sabre et le goupillon ! Que ce dernier soit contre le mariage des pédés peut être mis sur le compte de la déformation professionnelle. On peut être le dernier des enculés et ne pas aimer les fiottes ! Que l’autre explique – en termes aussi abscons qu’onctueux – qu’il est prêt à absoudre les homos à condition qu’ils rentrent dans le rang (j’ai failli écrire dans les ordres) et que sa présence à la manifestation n’est pas du cléricalisme, n’a rien de surprenant non plus.

Espérons qu’Hollande tienne bon. La question ici n’est pas tant l’intérêt réel ou supposé du mariage pour tous. Elle est plutôt la capacité ou non d’une société à aménager ses législations pour permettre aux citoyens d’exercer leur libre arbitre pour autant que cela ne porte pas préjudice aux autres.

Les arguments des opposants au mariage pour tous sont assez lamentables et masquent mal les préjugés qui les sous-tendent, mais je m’étonne du silence assourdissant des défenseurs du projet. L’exemple malheureux de la querelle de l’école à l’époque de Mitterrand n’a apparemment pas servi de leçon aux laïques français. Ils ne devraient pas oublier que la république laïque est aussi la fille ainée de l’église.




Moi, mes idées, mon chemin |
Romeentic.com |
Bingo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | THEDING ENSEMBLE
| amdh meknes
| FUC