• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

Archive mensuelle de septembre 2011

Cours philosophiques. La FAPEO rate la cible.

La récente prise de position de la FAPEO à propos des cours philosophiques apporte – malheureusement – une mauvaise réponse à une vraie question : l’organisation des cours philosophiques dans l’enseignement perturbe-t-elle la bonne organisation pédagogique ?

A cette question – et pour ce qui concerne l’enseignement officiel – la réponse est incontestablement positive, surtout dans les écoles confrontées à une diversité culturelle – et donc souvent religieuse – importante. Quand, dans une même classe ou un même regroupement, on doit organiser quatre ou cinq cours différents, faire les horaires ressemble vite à un casse-tête. La perspective de voir arriver, dans un avenir pas très lointain, deux ou trois cours supplémentaires (bouddhistes, araméens, syriaques) m’incite à dire que le système arrive à sa limite.
Pourtant, si le problème est réel, les solutions – tenant compte du caractère très sensible de la question – ne seront pas simples à mettre en œuvre.

Il faut d’abord rappeler que toute modification radicale de l’organisation des cours philosophiques implique une modification de l’article 24 de la Constitution. Celui-ci prévoit deux choses. D’une part, l’obligation pour l’enseignement officiel d’offrir le choix entre les divers cours philosophiques. D’autre part, la prise en charge financière de l’éducation morale et religieuse des élèves. Ce deuxième engagement du législateur est souvent ignoré par ceux qui veulent réformer le système qui existe dans l’enseignement officiel. On verra pourtant qu’il n’est pas possible de traiter tout à fait séparément les deux membres de l’équation.

Si la FAPEO met le doigt sur un vrai problème et si, pour le surplus, elle dénonce des pratiques illégales, le rappel de sa position passée n’est guère susceptible de faire avancer le débat.
Une révision de la Constitution dans ce domaine n’est très probablement pas une priorité du législateur fédéral. Celui-ci ne gère plus cette compétence et lancer le débat sur une déclaration de révision revient à ouvrir la boîte de Pandore. Il est donc, à mon sens, impératif de chercher des pistes permettant de contourner l’obstacle de la révision.
L’autre défaut de la proposition de la FAPEO est la liberté qu’elle prend avec les obligations qu’impose la Constitution. Rendre les cours optionnels ne respecte pas le fait que l’enseignement officiel doit offrir le choix. Placés hors horaire, les cours respecteraient-ils encore cette obligation ?
Enfin la proposition de la FAPEO est tout simplement irréaliste. Certes, la situation actuelle devient intenable et pose question d’un point de vue pédagogique, mais rendre le cours optionnel ne peut pas fonctionner en pratique. Où va-t-on trouver des profs qui ne travailleraient que de 15 à 18 h (je ne vois comment organiser des cours à option à d’autres moments) ?
D’autre part, l’enthousiasme des élèves étant limité, ces cours verront leur succès diminuer rapidement. Ce système constituera donc une menace indirecte sur le financement des cours de religion dans l’enseignement catholique. Celui-ci ne manquera donc pas de faire obstruction, ces cours faisant partie intégrante de son projet pédagogique (notons en passant que ce scénario devrait aussi être pris en considération par les défenseurs de la suppression pure et simple des cours philosophiques qui n’ont sans doute pas de meilleur bouclier que le financement des cours de religion de l’école catholique)..

Il y a de nombreuses années que je me penche sur la question. Ma conviction est qu’il faut sortir du système actuel mais qu’il convient de trouver une solution pragmatique qui tienne compte du prescrit constitutionnel, de l’histoire de notre pays (deux guerre scolaires opposants croyants et laïques) et du pluralisme de notre société actuelle. Entre l’éviction totale des cours du paysage scolaire (trop inspirée du modèle français et trop radicale), le remplacement des cours philosophiques par un cours de philosophie (envisageable en fin de secondaire mais guère en première primaire), les cours optionnels et les défenseurs du statu quo, le débat ne progresse guère. Je m’étonne souvent de l’ignorance dont est victime mon modèle préféré. Il s’agit du cours de RE (religious education) organisé en Angleterre. Obligatoire pour tous les élèves, il a pour objectif de faire une présentation objective et pluraliste des principales croyances et convictions. Certes le modèle n’est pas transposable tel quel à la Belgique. Mais il présente à mon avis des éléments très intéressants pour nous aider à opérer un changement en douceur d’un système qui ne correspond plus aux réalités d’aujourd’hui.




Moi, mes idées, mon chemin |
Romeentic.com |
Bingo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | THEDING ENSEMBLE
| amdh meknes
| FUC