Archive mensuelle de mai 2011

Béatification de Jean Paul II – une farce cléricale.

La béatification ce jour de Jean Paul II, alias Karol Wojtyla, pourrait n’être qu’un événement strictement catholique, n’intéressant que les fidèles de cette religion. Mais il n’en est malheureusement rien et l’événement d’aujourd’hui participe – exclusivement – d’une stratégie cléricale, autrement dit d’une stratégie facilitant l’immixtion du religieux dans la sphère publique. Une stratégie visant à influencer les décideurs politiques dans tous les domaines relevant de l’éthique et des choix individuels.

En répondant aussi rapidement au slogan « Santo subito » que criaient les fidèles lors des funérailles de Jean Paul II, Benoît XVI ne fait que poursuivre un plan élaboré – du vivant de ce dernier – avec son prédécesseur. En constatant les progrès de la sécularisation en Europe, le recul de la religion catholique en Amérique latine, ces deux là ont mis au point la « nouvelle évangélisation »
Alors que l’Eglise catholique manifeste, dans de nombreux domaines, d’un archaïsme évident, ce n’est pas le cas en ce qui concerne le recours aux médias. Ceux-ci contribuent largement à la crétinisation de l’opinion publique. Mais autant les heures de télévision consacrées au mariage de Kate et William ne sont ni plus ni moins dangereuses que celles consacrées au Mundial, la béatification de Jean Paul II est bien plus perverse.
Au nom d’un droit – auto-proclamé – au magistère moral, l’église catholique prétend, encore aujourd’hui, imposer ses vues aux sociétés occidentales.
Alors qu’elle est – et a été incapable – de gérer les problèmes de pédophilie en son sein, alors qu’elle a sur des questions comme la contraception ou l’euthanasie des positions scandaleuses, qu’elle a récupéré – à son profit exclusif – la notion des droits de l’homme, l’église navigue avec une redoutable efficacité entre l’archaïsme et l’hypermodernité people.

La béatification d’aujourd’hui est une farce théologique et un génial coup de com. Une farce théologique parce que la béatification n’a plus pour objectif la reconnaissance de mérites individuels (certes destinée à l’édification des fidèles) mais une technique pour s’assurer d’un certain nombre d’heures d’antenne en « mondiovision ». Un génial coup de com, parce que le Vatican contraint toutes les télévisions de diffuser une cérémonie qui permet d’étaler le triomphalisme de l’église catholique et romaine.
Il faut évidemment être d’une incommensurable naïveté pour ne pas se rendre compte que tout ce cinéma est une énorme manipulation, à commencer par le pseudo miracle qui – comme de bien entendu – ne pouvait avoir comme personnage principal qu’une religieuse. On nous annonçait d’ailleurs dès aujourd’hui la probabilité d’un deuxième miracle (ce qui permettra la sanctification de M. Wojtyla d’ici 3 à 5 ans).

Pourtant, les compromissions de Jean Paul II avec les dictatures d’extrême droite latino-américaines, son manque total de courage face aux problèmes de pédophilie au sein de l’Eglise, son intolérance fondamentale – habilement masquée par la médiatisation d’un œcuménisme pour gogos – devraient convaincre tous les esprits libres des dangers d’un cléricalisme renaissant. Méfions nous des médias et rallions nous autour de l’immortel slogan de Voltaire : écrasons l’infâme !




Moi, mes idées, mon chemin |
Romeentic.com |
Bingo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | THEDING ENSEMBLE
| amdh meknes
| FUC